Indice de positivité des villes

septembre 2016

Fabrique Spinoza & Mouvement pour une Economie Positive

Dans la lignée du rapport pour une économie positive remis au Président de la République en 2013, la Fabrique Spinoza a co-élaboré des indices de positivité afin de mesurer l’avancée des nations, villes et entreprise vers une économie de l’altruisme et des générations future

Résumé

Généralement, nous savons “compter ce qui compte” et gérer efficacement ce que l’on sait mesurer. Il s’agit le plus souvent d’éléments valorisables et quantifiables qui servent à produire des statistiques parfois vides de sens et interprétées de façon approximative. Le Positive economy Forum, la Fabrique Spinoza et Nomadéis ont développé des indices de positivité analysant la capacité des acteurs à placer l’altruisme au cœur de leurs priorités. Présentés dans le rapport “Pour une économie positive” remis en 2013 au Président de la république française, ils ont pour objectif de constituer de nouveaux référentiels permettant d’assurer le suivi des progrès accomplis en matière de performance. Ces nouveaux outils doivent servir de boussoles pour mieux orienter la prise de décision et l’action des parties prenantes autour d’objectifs partagés. Les indices de positivité se déclinent autour de trois champs d’application : l’indice de positivité des nations, l’indice de positivité des entreprises et l’indice de positivité des villes. Ce rapport se focalise sur l’indice de positivité des villes.

En savoir plus.

Par définition, la ville est un terreau fertile pour intégrer l’altruisme et le long terme dans le fonctionnement de l’économie de proximité. La ville est un écosystème dynamique de citoyens, d’acteurs économiques, politiques, associatifs au sein d’un territoire lui-même en lien avec d’autres territoires. elle est un échelon pertinent pour créer des interactions, nourrir des convergences et renforcer les maillages entre acteurs. 

La ville est un laboratoire unique pour expérimenter et explorer de nouvelles voies du vivre ensemble, observer les grandes tendances émergentes, co-créer des alliances entre des catégories d’acteurs qui historiquement ne communiquent pas spontanément ensemble. En d’autres termes, la ville représente une communauté d’individus et d’intérêts naturellement portée vers des enjeux d’intérêt général et de durabilité. 

En permettant la mixité des espaces urbains et économiques, la ville est un espace adapté pour favoriser les rencontres entre acteurs, la production de connaissances, interpeller la responsabilité individuelle et catalyser les apprentissages autour d’objectifs communs. Au cours des dernières années, on a constaté que la ville était l’échelon pertinent pour faire émerger tout type d’innovation dans le champ économique, social, culturel, urbain.

Enfin, à l’heure où la ville s’interroge sur son mode de fonctionnement, son aménagement, sa gestion budgétaire, l’indice de positivité est l’occasion de mettre en exergue des problématiques fondamentales et permet d’apporter des réponses adaptées, notamment sur la question « comment faire mieux avec moins ». Les résultats de l’indice de positivité des villes agissent comme un élément déclencheur de prise de conscience.

L’indice de positivité des villes : quels objectifs ?

  •  Doter la ville d’un nouvel outil de mesure globale pour évaluer son action et ses résultats dans une perspective  de long terme ; définir des axes de progrès et les améliorer graduellement chaque année ; identifier et évaLuer les liens sociaux et économiques tissés au sein d’une ville ; étabLir un cadre de référence pour procéder aux comparaisons ;
  •  Innover grâce à un outil organique qui évolue  et s’enrichit grâce à l’apport continu des villes partenaires qui confrontent sa pertinence aux exigences de terrain ; redonner du sens à l’action publique, au-delà  d’un simple outil de mesure.